Skip to content

Archive for

The Legion of Christ functions like a Sect

Photo by Ghost Presenter on Pexels.com

Navigating Translator (which is in Spanish language!) Click article you want so that it goes center stage; click Espanol; return to Translator and choose “inglés” and that should give you the English version.

Posted on novembre 24, 2018 by LA VÉRITÉ SI JE ME

The Legion of Christ functions like a Sect

by ReGAIN on December 6, 2018; Google translation from French

Photo by Ghost Presenter on Pexels.com

Navigating Translator (which is in Spanish language!) Click article you want so that it goes center stage; click Espanol; return to Translator and choose “inglés”, Click and that should give you the English version.

Posted on November 24, 2018 by THE TRUTH IF I MENS

downloading

“The Legion of Christ works in all respects as a sect. “

Xavier Leger

downloading

“And if Maciel, psychopathic, narcissistic pervert, who spent his life use and abuse constantly others, was himself rocked illusion imagining having founded a religious congregation, not to a sect his own desires? “

J. Paul Lennon

If you want to understand clericalism and sectarian abuse in the Church, with their multifaceted, start with the Legion of Christ. It is a “textbook case” infamous, the reality of the horrors can not be denied.

Marcial Maciel, a Mexican priest, who died in 2008, is the founder in 1941 of one of the most influential congregations of the Catholic Church. He also founded the  Regnum Christi , a lay association whose mission evangelism which claims tens of thousands of members.

It has now become the most famous “sexual pervert, pedophile, bisexual psychopath, morphine, forgery, plagiarism, identity thief, liar, manipulative, intriguing, incestuous, crook, thief, criminal, apostate and sacrilege” of the Church , as denounced Xavier Léger outset on its website  lenversdudecor.org

As he tells it without speaking boxwood in his book  “I, former Legionary of Christ – 7 years in a cult in the heart of the Church” , Xavier was Legionary of Christ for seven years. He then discovers a system made of prohibitions and humiliations. Shortly after his saving leak, the scandal will eventually also burst: the founder of the Legion , the man any legionnaire had learned to venerate, is found to have abused dozens of children and adolescents. [1]

And it is this man and his evil system that the  Vatican will have to protected against any and during seventy years …

As Xavier Leger recalled in his testimony: “In the words of the First General Chapter of the Legion, it is impossible to separate the figure of the founder of the Congregation itself. In the Legion, Father Maciel is the central point around which all the spirituality and religious discipline. In reality, this is a conjuring trick that uses the Legion of Christ and the establishment of His Kingdom: be worthy of him, who is our daily goal, thousands of legitimate rules and standards that make our life legionnaire a succession of trials and forced us into submission. “

So again, “there are many things that put together made life simply unbearable: lack of sleep, the accumulation of endless acts of piety, playing soothing letters of the founder, the radical separation ‘with the world, the fact of never having time to think outside the box or to wind down, sometimes very violent humiliation of some senior cantankerous … But I think it

[Read: it]

that made me suffer most is still the system of auto forcing us to admit that it was the ‘will of God’, “he says.

Certainly, he said again,  “there are degrees and significant differences of a deviant community to another. However, there is a common substrate: mind control. It finally materializes by processes which are otherwise identical, at least similar: veneration higher, separation from the world, Manichaeism, paranoia, lifestyle insane, self-suggestive prayers internal betrayal, sexual abuse, bigotry, etc . What seems very important to clarify is that the phenomenon of influence is a terrible mechanism precisely because it is invisible: it leads victims to destroy BY THEMSELVES, without a trace. In other words: the perfect crime! “.

Xavier still points that “the archive legionaries Cristo shows the history of the Congregation only lies, manipulation, theft, fraud, double speech. […] Legionnaire be is to have learned since entering the congregation to manipulate people, to seduce the church authorities and benefactors to boast a facade of religion “

This means that this is indeed the structure of the movement that is perverted, and with the complicity barely believable Vatican!

And Xavier, examine all these years in the Legion with a terrible and painful lucidity and disappointment: “By his handling mechanisms, the Legion has created in my strange behavior made pretenses, prejudices, fears that prevent me from thinking freely.
    Out of a cult is far more complicated than getting out of a prison. The bars that imprisoned me for years, I have designed myself in my head. physically leaving a cult, never to return, does not imply that it recovers its freedom; we can stay there much longer prisoner. To succeed in its definitive cure, it is necessary to do intensive work of proofreading and to perform the act the more painful for a former follower: humbly accept the unbearable thought of having done wrong. The antidote was within my reach, but the grip of the Legion kept me far from me to administer it. The only obstacle to healing, so myself. “

Do we still remember that during the visit of Benedict XVI to Mexico in 2012, victims of Maciel had published a manifesto. Their letter and expressed disappointment with a legitimate ecclesial deafening silence“Just like our hopes for truth and justice in the Church, some of the former Legionaries of Christ who were alongside the signatories of the open letter to your predecessor John Paul II, are now dead . Starting in 1997, we hoped with them, instead of being ignored and reprimanded by the church authorities, we would receive a reply to this letter, and then we abide in us the truth, charity and right owed us due to the canonical complaint that we filed in Rome October 17, 1998 at the Congregation for the Doctrine of the Faith, which was headed at that time by Your Holiness. […]. But we have neither been heard nor believed opportunely. For a long time, we were ignored as we were only basic faithful. […]. We never got any response to our legitimate complaints, and this disagrees with canon law established by the Church itself. And, having been reprimanded several times by the authorities, for expressing our convictions in the media, only and precisely because of these same media we have been informed of the dubious and confused decisions Vatican on the subject our complaint. And we still reaffirm once the complaint was lodged on 17 October 1998, the Congregation for the Doctrine of the Faith, under your direct responsibility prefect. […]. The objective facts, monitored and analyzed during intense years have shown that, more than obedience and respect for the rights of the human person is the public outrage and the weight of the universal secular opinion that allowed to change, albeit very slowly, the attitude of denial held so long by the ecclesiastical hierarchy. Like many faithful, we expected some clarity and some confidence reasons. But in exchange, we observed an almost systematic ambiguity and to the contradictions between recognized as orthodox doctrine and its actual implementation, we were led to civil unrest and a painful spiritual malaise. ” the attitude of denial maintained so long by the ecclesiastical hierarchy. Like many faithful, we expected some clarity and some confidence reasons. But in exchange, we observed an almost systematic ambiguity and to the contradictions between recognized as orthodox doctrine and its actual implementation, we were led to civil unrest and a painful spiritual malaise. ” the attitude of denial maintained so long by the ecclesiastical hierarchy. Like many faithful, we expected some clarity and some confidence reasons. But in exchange, we observed an almost systematic ambiguity and to the contradictions between recognized as orthodox doctrine and its actual implementation, we were led to civil unrest and a painful spiritual malaise. ” [2]

J. Paul Lennon , another former Legionary of Christ, says the same thing: “After thirty years to support the victims of the Legion of Christ and Regnum Christi , I always see as clearly the damage caused, through its various works by father Maciel. Indeed, it is not only sexual abuse, but different kinds of abuse: neglect, psychological illnesses, perversion of consciousness, depression, suicide, loss of confidence in the Church, Loss of faith in God, financial scams enthusiasts, families and adults in vulnerable situations, quarantine, slander, ostracism, threats and lawsuits against those who refuse to submit … “

As often in the Church and intended movements, the accusations of many victims – before civil society and the media get involved – considered as slander to tarnish the reputation of a desired place by God …

To conclude…

Finally, before the overwhelming evidence and having long supported the innocence of its founder, the Legion of Christ  will recognize in 2009 that  Maciel had a relationship with a woman he had a daughter, and in 2010, the veracity of the accusations pedophilia that weighed on its founder.

May 1, 2010, the Vatican explicitly denounce the crimes of Marcial Maciel, the report concerning the reports of very serious and objectively immoral behavior, confirmed by incontrovertible testimonies. The acts committed by him show a life without scruples and a lack of genuine religious feeling.

In short, pedophilia in the Church and sectarianism within it, have demonstrated the vital role of whistleblowers .

As written by Maud and Alice Almond Chablis, in their book published in 2014 and titled aptly  Denial  : “The institution-church built a facade – rites, liturgical vestments, dramatization, major religious events – with the place and St. Peter for emblems. If the facade is still beautiful, she begins to crack, save face yet remains paramount. ”  [3]

It is a fact overwhelming. the modus operandi is, each time, the same: the Church structurally soaked by the culture of secrecy, or did not want to take the measure of sectarian aberrations within it. [4]

Instead, it will be supported Marcial Maciel, founder of the Legion of Christ , before sanctioning it. And despite a sulphurous past, Pope Francis did not concede less in the Legion a ”  plenary indulgence  ” (forgiveness of sins), the ground that it started a process of purification and renewal.

As also reminds J. Paul Lennon,  “the Pope and the Vatican, after conducting an investigation into Father Maciel and the Legion have chosen to save the religious congregation. Pope Francis, meanwhile, has blessed the conclusions of his predecessors. They said the premise ‘ ‘ Bad founder; good congregation “ , and asked us to believe that God had used an unbalanced founder to perform His work: the religious congregation of the Legionaries of Christ and the lay movement Regnum Christi. “

In Institution-Church, we will have to solve it: the victims are never first …

Do not close our eyes to the excesses: act together!

téléchargement

« La Légion du Christ fonctionne en tout point comme une secte. »

Xavier Léger

téléchargement

« Et si Maciel, le psychopathe, le pervers narcissique, qui a passé sa vie à user et à abuser sans cesse des autres, s’était lui-même bercé d’illusion en imaginant avoir fondé une congrégation religieuse, et non une secte pour  satisfaire ses propres désirs ? »

J. Paul Lennon

Si vous désirez comprendre le cléricalisme et ses dérives sectaires dans l’Église, avec leurs multiples facettes, commencez par la Légion du Christ. C’est un « cas d’école » tristement célèbre, dont la réalité des horreurs ne peut plus être niée.

Marcial Maciel, prêtre mexicain, décédé en 2008, est le fondateur en 1941 de l’une des congrégations les plus influentes de l’Église Catholique. Il fonda également le Regnum Christi, une association de laïcs ayant pour vocation l’évangélisation qui revendique plusieurs dizaines de milliers de membres.

Il est désormais devenu le plus célèbre « pervers sexuel, pédophile, bisexuel, psychopate, morphinomane, faussaire, plagiaire, usurpateur d’identité, menteur, manipulateur, intriguant, incestueux, escroc, voleur, criminel, apostat et sacrilège » de l’Église, comme le dénonce d’entrée de jeu Xavier Léger sur son site web lenversdudecor.org

Comme il le raconte sans langue de buis dans son livre « Moi, ancien légionnaire du Christ – 7 ans dans une secte au cœur de l’Eglise », Xavier a été légionnaire du Christ durant sept années. Il découvrira alors un système fait d’interdits et d’humiliations. Peu de temps après sa fuite salvatrice, le scandale finira d’ailleurs par éclater : le fondateur de la Légion, l’homme que tout légionnaire avait appris à vénérer, s’avère avoir abusé de plusieurs dizaines d’enfants et d’adolescents. [1]

Et c’est cet homme et son système pervers que le Vatican aura protégé envers et contre tout durant une septantaine d’années…

Comme le rappelle Xavier Léger dans son témoignage : « Selon les mots mêmes du Premier Chapitre général de la Légion, il est impossible de séparer la figure du fondateur de la congrégation elle-même. Dans la Légion, le père Maciel est le point central autour duquel gravitent toute la spiritualité et la discipline religieuse. En réalité, c’est par un tour de passe-passe que la Légion utilise le Christ et l’instauration de son Règne : être digne de lui, qui est notre objectif quotidien, légitime des milliers de règles et normes qui font de notre vie de légionnaire une succession d’épreuves et nous contraint à la soumission. »

Ainsi encore, « il y a beaucoup de choses qui mis bout à bout rendaient la vie tout simplement insupportable : le manque de sommeil, l’accumulation sans fin d’actes de piété, la lecture des lettres lénifiantes du fondateur, la séparation radicale d’avec le monde, le fait de ne jamais avoir un temps pour penser hors du cadre ou pour souffler un peu, les humiliations parfois très violentes de quelques supérieurs acariâtres… Mais je crois que cela

[lire : ce]

qui m’a fait le plus souffrir, c’est encore les systèmes d’autosuggestion nous obligeant à admettre que tout cela était la ‘volonté de Dieu’ », affirme-t-il.

Certes, dit-il encore, « il y a des degrés et des différences sensibles d’une communauté déviante à l’autre. Cependant, on retrouve un substrat commun : la manipulation mentale. Celle-ci se concrétise finalement par des procédés qui sont sinon identiques, au moins similaires : vénération des supérieurs, séparation du monde, manichéisme, paranoïa, rythme de vie démentiel, prières auto-suggestives, délation interne, abus sexuels, fanatisme, etc. Ce qui me semble très important à préciser, c’est que le phénomène d’emprise est un mécanisme terrible précisément parce qu’il est invisible : il conduit les victimes à se détruire PAR ELLES-MÊMES, sans laisser de traces. En d’autres termes : c’est le crime parfait ! ».

Xavier  pointe encore le fait que « l’archive Légionarios de Cristo montre que toute l’histoire de la Congrégation n’est que mensonges, manipulations, vol, escroquerie, doubles discours. […] Être légionnaire, c’est avoir appris depuis son entrée dans la congrégation à manipuler les gens, à séduire les autorités ecclésiastiques et les bienfaiteurs, à vanter une religion de façade »

C’est dire que c’est bel et bien la structure même du mouvement qui est pervertie, et ce avec la complicité à peine croyable du Vatican !

Et, Xavier, d’examiner toutes ces années dans la Légion avec une terrible et douloureuse lucidité, et déconvenue : « Par ses mécanismes de manipulation, la Légion a créé chez moi d’étranges comportements, faits de faux-semblants, de préjugés, de peurs qui m’empêchent de penser librement.
    Sortir d’une secte est beaucoup plus compliqué que de sortir d’une prison. Les barreaux qui m’ont emprisonné durant des années, je les ai conçus moi-même dans ma tête. Quitter physiquement une secte, ne plus y retourner, n’implique pas que l’on recouvre sa liberté ; on peut y rester encore très longtemps prisonnier. Pour réussir sa guérison définitive, il est nécessaire de faire un intense travail de relecture et d’accomplir l’acte le plus douloureux pour un ancien adepte : accepter humblement l’idée insupportable d’avoir fait fausse route. L’antidote était à ma portée, mais l’emprise de la Légion m’a empêché jusqu’à présent de me l’administrer. Le seul obstacle à une guérison, c’est donc moi-même. »

Faut-il encore rappeler qu’à l’occasion de la venue de Benoît XVI au Mexique, en 2012, les victimes du père Maciel avaient fait paraître un manifeste. Leur lettre exprimait ainsi une légitime déception face à un silence ecclésial assourdissant : « À l’image de nos espoirs de vérité et de justice dans l’Église, quelques-uns des anciens légionnaires du Christ qui étaient aux côtés des signataires de la lettre ouverte adressée à votre prédécesseur Jean-Paul II, sont aujourd’hui morts. À partir de 1997, nous avons espéré avec eux, qu’au lieu d’être ignorés et réprimandés par les autorités ecclésiastiques, nous recevrions une réponse à cette lettre, et ensuite, qu’on respecterait à notre égard la vérité, la charité et le droit qui nous étaient dus, en raison de la plainte canonique que nous avions déposé à Rome le 17 octobre 1998 auprès de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, laquelle était présidée à cette époque par Votre Sainteté. […]. Mais nous n’avons été ni écoutés, ni crus opportunément. Pendant longtemps, nous avons été ignorés car nous n’étions que de simples fidèles de base. […]. Nous n’avons jamais obtenu la moindre réponse à nos plaintes légitimes, et ceci en désaccord avec le droit canonique établi par l’Église elle-même. Et, après avoir été réprimandés plusieurs fois par les autorités, pour avoir exprimé nos convictions dans les médias, c’est seulement et précisément grâce à ces mêmes médias que nous avons pu être informés des décisions douteuses et confuses du Vatican relatives à l’objet de notre plainte. Et nous réaffirmons encore une fois que cette plainte a été déposée le 17 octobre 1998, à la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, sous votre responsabilité directe de préfet. […]. Les faits objectifs, suivis de près et analysés pendant des années intenses, ont prouvé que, plus que l’obéissance et le respect des droits de la personne humaine, c’est l’indignation publique et le poids de l’opinion laïque universelle qui ont permis de changer, bien qu’avec une extrême lenteur, l’attitude de déni maintenue si longtemps par la hiérarchie ecclésiastique. Comme de nombreux fidèles, nous espérions un peu de clarté et quelques motifs de confiance. Mais en échange, nous avons observé une ambiguïté quasi-systématique et, devant les contradictions entre la doctrine reconnue comme orthodoxe et sa réelle mise en pratique, nous avons été conduits à des troubles intérieurs et à un douloureux malaise spirituel. » [2]

J. Paul Lennon, autre ex-légionnaire du Christ, ne dit pas autre chose : « Après avoir passé trente ans à accompagner des victimes de la Légion du Christ et du Regnum Christi, je vois toujours aussi clairement les dégâts causés, à travers ses différentes œuvres, par le père Maciel. En effet, il ne s’agit pas seulement d’abus sexuels, mais de différentes sortes d’abus : manque de soins, maladies psychologiques, perversion des consciences, dépressions, suicides, perte de confiance envers l’Église, perte de la foi en Dieu, escroqueries financières des adeptes, de leurs familles et d’adultes en situation de vulnérabilité, mises en quarantaine, calomnies, ostracisme, menaces et poursuites judiciaires contre ceux qui refusent de se soumettre… »

Comme souvent dans l’Église et les mouvements visés, les accusations des nombreuses victimes sont – avant que la société civile et les médias ne s’en mêlent – considérées comme autant de calomnies visant à ternir la réputation d’une œuvre voulue par Dieu…

Pour conclure…

Finalement, devant les preuves accablantes et après avoir longtemps soutenu l’innocence de son fondateur, la Légion du Christ reconnaîtra en 2009 que Maciel avait eu une relation avec une femme dont il avait eu une fille, et en 2010, la véracité des accusations de pédophilie qui pesaient sur son fondateur.

Le 1er mai 2010, le Vatican dénoncera explicitement les délits de Marcial Maciel, le rapport le concernant faisant état de comportements très graves et objectivement immoraux, confirmés par des témoignages incontestables. Les actes commis par lui démontrent une vie sans scrupules et une absence de sentiment religieux authentique.

Bref, la pédophilie dans l’Église, ainsi que les dérives sectaires en son sein, auront démontré le rôle indispensable des lanceurs d’alerte.

Comme l’écrivent Maud Amandier et Alice Chablis, dans leur livre paru en 2014 et intitulé très justement Le déni : « L’institution-Église a construit une façade – rites, habits liturgiques, théâtralisation, grandes manifestations religieuses – avec la place et la basilique Saint-Pierre pour emblèmes. Si la façade est encore belle, elle commence à se fissurer, sauver les apparences reste pourtant primordial. » [3]

C’est un fait accablant. le modus operandi est, à chaque fois, identique : l’Église, structurellement imbibée par la culture du secret, n’a pas pris ou voulu prendre la mesure des dérives sectaires en son sein. [4]

Au contraire, elle aura soutenu Marcial Maciel, fondateur de la Légion du Christ, avant de le sanctionner. Et, malgré un passé sulfureux, le pape François n’en concédera pas moins à la Légion une « indulgence plénière » (pardon des péchés), au motif qu’elle aurait entamé un processus de purification et de renouveau.

Comme le rappelle également J. Paul Lennon, « les Papes et le Vatican, après avoir mené une enquête sur le père Maciel et sur la Légion, ont fait le choix de sauver la congrégation religieuse. Le pape François, quant à lui, a béni les conclusions de ses prédécesseurs. Ils ont affirmé le postulat suivant ‘‘Mauvais fondateur ; bonne congrégation », et nous ont demandé de croire que Dieu avait utilisé un fondateur déséquilibré pour réaliser Son Œuvre : la congrégation religieuse des légionnaires du Christ et le mouvement laïque Regnum Christi. »

Dans l’Institution-Église, il faudra bien s’y résoudre : les victimes ne sont jamais premières…

Ne fermons plus les yeux devant les dérives : agissons ensemble !

Pour signer la pétition contre le cléricalisme et les dérives sectaires dans l’ÉglisePer firmare la petizione su Change.org contro il clericalismo e i suoi eccessi settari/For sign the petition against clericalism and abuse : PÉTITION

NOTES :

[1] « La vraie vie du père Maciel », http://www.lenversdudecor.org/La-face-cachee-du-pere-Maciel.html; voy. également : http://www.lenversdudecor.org/-Pere-Marcial-Maciel-.html; « Légion du Christ : comment l’Église a voulu étouffer le scandale », Golias, n° 152, septembre 2013, http://pncds72.free.fr/311_legion/311_7_golias_ gonzalez.pdf; http://pncds72.free.fr/311_2_legion_xleger/311_2_04_interview_xl_2014.pdf; https://www.lenversdudecor.org/La-Legion-du-Christ-ou-la-re-ecriture-continuelle-de-l.html; https://www.lenversdudecor.org/-Pere-Marcial-Maciel-.html

[2] http://www.exlcblog.info/page/2; https://www.rtl.be/info/monde/international/des-victimes-d-abus-sexuel-diffusent-un-manifeste-adresse-au-pape-283275.aspx

[3] Maud Amandier et Alice Chablis, Le déni. Enquête sur l’Église et l’égalité des sexes, Bayard, 2014, p. 253.

[4] « Le silence comme protection contre la perversion : le cas Maciel », Maud Amandier et Alice Chablis, Le déni. Enquête sur l’Église et l’égalité des sexes, Bayard, 2014, p. 275 et s.

%d bloggers like this: